Dragage d’entretien et immersion des sédiments au Port de Rouen : l’enquête publique est ouverte du 14/10 au 17/11

Drague Daniel Laval en Seine

Une enquête publique, portant sur le dragage d’entretien du chenal de navigation et des installations portuaire de la partie aval de l’estuaire de la Seine et sur l’exploitation d’un nouveau site d’immersion pour les sédiments de dragage, situé en baie de Seine, aura lieu du 14 octobre au 17 novembre 2016.

Port maritime de fond d’estuaire, HAROPA - Port de Rouen accueille chaque année quelque 3.000 navires de commerce. Des conditions de navigation optimales sont indispensables pour assurer la pérennité des activités portuaires et répondre aux besoins des entreprises et clients. Cette réalité conduit le Port de Rouen à améliorer et à sécuriser ses accès nautiques par des dragages d’entretien, réalisés quotidiennement tout au long de l’année. Ces dragages d’entretien du chenal sont d’autant plus nécessaires que la taille des navires et leurs tirants d’eau sont en augmentation. 

L’immersion, mode de gestion des sédiments non valorisables

Due pour l’essentiel à des apports d’origine marine, une importante sédimentation naturelle se dépose continuellement dans le chenal du fleuve, notamment dans son embouchure. Confronté à ce phénomène naturel, le Port de Rouen doit effectuer un dragage d’entretien de certaines zones du chenal de navigation en continu. Chaque année, l’activité d’entretien du chenal sur la partie aval de l’estuaire porte sur environ 4,5 Mm3 de sédiments.

Depuis 1977, le Port de Rouen immerge les sédiments de dragage d’entretien, non valorisables, sur le site de Kannik. Cette zone, située au large du Havre, atteint ses limites d’exploitation et arrivera à saturation au cours du premier semestre 2017. A ce jour, le clapage en mer est nécessaire, car il n'existe pas de filière de valorisation à terre, susceptible de prendre en charge ces 4,5 Mm3 de matériaux, essentiellement du sable très fin et de la vase. HAROPA - Port de Rouen a néanmoins souhaité mettre en place deux installations de transit dans l’estuaire aval à Honfleur et à Port-Jérôme pour les sédiments sableux valorisables.

Machu : résultat d’une recherche concertée depuis 2008

La démarche de recherche d'un nouveau site d’immersion des sédiments de dragage d’entretien a été lancée par le Port de Rouen en 2008. L’objectif étant d’assurer la continuité des immersions dans des conditions identiques à celles d’aujourd’hui. Après des études approfondies et une large concertation avec toutes les parties prenantes, la zone de Machu s’est révélée être la meilleure solution alternative. Localisée en baie de Seine orientale, à 11,5 km de l’embouchure du fleuve et à 17 km des côtes du Calvados (soit 6 km plus éloigné que le site actuel du Kannik) la zone couvre une superficie de 7,15 km2. Depuis 2008, des analyses, des expérimentations et des travaux de recherche ont été engagés en collaboration, notamment avec le Conseil Scientifique de l'Estuaire de la Seine (CSES) qui a émis, par la suite, un avis favorable à l’option de Machu.

Deux ans d’expérimentation pour améliorer les connaissances

Le Port de Rouen a réalisé une expérimentation sur le site de Machu de 2012 à 2013, en partageant les résultats avec tous les acteurs de l’Estuaire et de la baie de Seine. Cette campagne d’immersions expérimentales sur Machu avait pour objectif d’obtenir des données les plus fiables et complètes sur les aspects hydrosédimentaires et biologiques. La thèse de Stella Marmin, étudiante doctorante à l’université de Caen, portant sur l’impact biologique et sédimentaire de l’immersion, a notamment permis de proposer des pratiques d’immersion avec un minimum d’impact, favorisant la recolonisation des fonds par les espèces benthiques (espèces vivant à proximité ou sur le fond marin).

La qualité des sédiments de dragage

La qualité chimique des sédiments de dragage clapés respecte les seuils applicables pour l'immersion (N1), référentiels français précisés par l’arrêté du 14 juin 2000 et repris dans l’arrêté du 9 août 2006. En termes d'impact sur le vivant, les expérimentations effectuées sur le site de Machu ont montré une forte résilience des organismes vivant au fond de l'eau, avec entre autres, une recolonisation rapide. Les scientifiques ont même constaté une attractivité particulière pour certaines espèces de poissons pendant et après les clapages. Par ailleurs, un programme très ambitieux de suivi est prévu par le Port de Rouen, toujours en lien avec les acteurs concernés.

Le volume d'immersion demandé correspond aux besoins constatés actuellement (4,5 Mm3 par an en moyenne, avec un volume maximum demandé de 5,9 Mm3 pour prendre en compte d'éventuelles campagnes de dragage marquées par une activité accrue).  A noter, enfin, que l'impact sur les flux de matière en suspension a été modélisé précisément et s’avère similaire à celui constaté sur le site actuel d’immersion des sédiments. 

68 communes concernées

L’enquête publique se déroulera du vendredi 14 octobre 2016 au jeudi 17 novembre 2016 inclus, soit une durée de 35 jours. L’enquête, dont le siège est la mairie du Havre, concerne les départements de la Seine-Maritime (18 communes), de l’Eure (10 communes) et du Calvados (40 communes).

Pendant la durée de l’enquête, le dossier d’étude d’impact et le résumé non technique seront consultables dans les mairies des communes concernées où le public pourra en prendre connaissance. Les observations, propositions et contre-propositions pourront être consignées sur le registre d’enquête aux jours et heures d’ouverture des mairies. Un ou plusieurs membres de la commission d’enquête recevra en personne les observations du public lors de permanences organisées dans 13 communes. Les observations pourront également être adressées par courrier au commissaire enquêteur, à la mairie du Havre  (1517, place de l’Hôtel-de-Ville 76084 Le Havre), ou par voie électronique à l’adresse suivante : environnement@lehavre.fr

A partir du 14 octobre, les informations relatives à l'enquête pourront être consultées sur le site de la Préfecture de la Seine-Maritime (www.seine-maritime.gouv.fr). Toutes informations relatives à ce projet pourront également être consultées sur le site internet de HAROPA –Port de Rouen ou obtenues auprès du service environnement, 34 boulevard de Boisguilbert - BP 4075 - 76022 Rouen cedex 3. Tél. 02.35.52.96.49.

Pour en savoir plus sur le projet d’immersion en baie de Seine Orientale, consultez la brochure :

Brochure Immersion de sédiments de dragage

Une expérimentation d’immersion sur le site de Machu réalisée au préalable
Pendant deux ans, de 2012 à 2013, le Port de Rouen a pu améliorer ses connaissances en réalisant une expérimentation d’immersion sur le site de Machu. Réalisée en toute transparence, le Port de Rouen a partagé les résultats avec tous les acteurs de l’estuaire et de la baie de Seine.
Pour en savoir plus sur l’expérimentation, cliquez ici

Le dragage d’entretien
HAROPA - Port de Rouen drague son chenal de navigation en Seine et en estuaire afin de permettre aux navires d’accéder à la zone portuaire. Entre 4 et 5 millions de m3 sont dragués chaque année pour l’entretien de ses accès nautiques.
Les dragages d’entretien garantissent un tirant d’eau suffisant dans le chenal pour la sécurité des navires. Ils ont lieu tout au long de l’année.
Pour en savoir plus sur le dragage, cliquez ici