Les effluents des navires collectés par Slop Normandie

Jean Furet à bord du Slop Express 2 à Rouen

La collecte des eaux de fond de cale des navires et autres déchets liquides est opérée depuis le mois de septembre par un nouveau bateau mis en service par la société Slop Normandie.

Un nouveau bateau de collecte des eaux d’exploitation des navires et résidus de cargaison (slops et sludges : boues et résidus de moteur) vient d’entrer en activité à Rouen. L’unité, baptisée « Slop Express 2 », a pour mission de prendre en charge, par pompage, les déchets liquides des navires fluviaux et maritimes accostant sur les terminaux de HAROPA - Port de Rouen.
Jean Furet, entrepreneur rouennais, est co-instigateur de ce service proposé aux navires faisant escale à Rouen. En 2012, il a créé avec trois associés la société Slop Normandie qui exploite « Slop Express 1». Cette péniche de type Freycinet est dotée de 8 cuves destinées à collecter les déchets liquides liés à l’exploitation des navires (résidus hydrocarburés, huiles végétales et eaux de rinçage). « Nous pouvons également prendre en charge les déchets solides comme des batteries, pots de peinture et de graisse, emballages et chiffons souillés », précise Jean Furet.

DOUBLE COQUE
Mais la péniche « Slop Express 1 » n’est pas dotée d’une double coque, alors qu’une nouvelle législation l’a rendue obligatoire pour les unités fluviales plus de 300 m3, transportant des résidus pétroliers et autres produits polluants. Jean Furet et ses associés ont donc décidé d'acquérir un nouveau bateau, « Le Pennsylvania » renommé « Slop Express 2 ». Long de 26,50 mètres et large de 4,65 mètres, ce bateau plus petit n’est pas soumis à l’obligation d’une coque doublée. Acheté à Lyon, cet ancien avitailleur en fioul était en activité sur le Rhône. Construit en 1972 en Belgique, le nouveau bateau va permettre de poursuivre l'activité, tout en respectant la législation en vigueur. En complément, « Slop Express 1 » continuera à avitailler les navires en eau douce.
« Entre Paris et Rouen, il n’existe pas de halte dédiée pour la collecte des déchets liquides des navires et l’avitaillement en eau potable. A Paris, les services de ce type sont engorgés », indique Jean Furet. Un tel service effectué par un bateau repose sur une mise à couple (amarrage bord à bord, flanc à flanc), ce qui présente l’avantage de ne pas gêner les opérations de manutention et d'exploitation réalisées sur les quais. « Slop Normandie est une équipe très impliquée comprenant quatre marins, dont un capitaine principal, Gilles Kerscaven. Nous réalisons environ 300 prestations par an », ajoute Jean Furet. HAROPA - Port de Rouen assure le remboursement de la prise en charge de 20 m3 de déchets liquides, pour un maximum de 5 escales par navire sur l’année.

DEMARCHE ECO-RESPONSABLE
L’investissement de Slop Normandie s’élève à 200 000 euros. Dans le cadre d’un Appel à manifestation d’intérêt (AMI), le Port de Rouen a accompagné la société Slop Normandie en participant à l’achat du nouveau bateau à hauteur de 70 000 euros. Cet accompagnement a pour principal objectif d’améliorer et de pérenniser le service sur le port. La collecte et le traitement des déchets des navires font l’objet de plans de classification, de traçabilité et de réglementations officielles, régulièrement mis à jour. Dans une démarche éco-responsable, HAROPA - Port de Rouen a élaboré avec ses partenaires des prestations écologiques, d’ordre technologique et technique, pour un accueil propre dans les espaces portuaires. La Capitainerie du Port de Rouen utilise un logiciel qui permet de centraliser, de contrôler des déclarations de déchets et d’assurer ainsi une optimisation des collectes pendant les escales.
Slop Normandie, contact : Jean Furet au 06.19.24.21.22.